Des nouvelles du Regroupement

Aline Grenon

Le 14 octobre dernier, nous étions trois à rencontrer Me Nathalie Sirois chez Côté Ouellet Thivierge, notaires à Rivière-du-Loup : J. Paul Deschênes, Gilbert Delage, vice-président du Regroupement et moi-même. Le but de cette rencontre? Permettre au Regroupement pour la pérennité de l’île Verte de devenir propriétaire d’un terrain vierge d’environ 11 500 m2, situé du côté sud du chemin de l’Île, en face de l’étang des nénuphars.

RPIV AG, JPD et GD chez notaire

J. Paul Deschênes a fait don de ce terrain au Regroupement et il a également accordé des servitudes de conservation sur deux terrains situés immédiatement à l’ouest, en face de sa résidence. Ainsi, ces trois terrains demeureront à l’état naturel à perpétuité et, au printemps, un sentier permettra aux piétons de se rendre aux battures.

Le Regroupement fait actuellement des démarches pour que les trois terrains deviennent une réserve naturelle reconnue par le Québec, la Réserve naturelle de La-Richardière-de-l’île-Verte (secteur Deschênes). Un panneau au début du sentier rappellera que Richard Testu de La Richardière (1681-1741) était un navigateur et officier de marine qui, bien avant la construction du phare de l’île Verte, a contribué à la cartographie du Saint-Laurent et à la mise en place d’aides à la navigation. Certains étés, il venait attendre à l’île Verte les « vaisseaux du Roy » qui arrivaient de France, afin de les guider dans leur périlleuse remontée du fleuve jusqu’à Québec.

En conservant ces trois terrains, le Regroupement répond à sa mission première, soit :

Contribuer au respect et à la protection de l’île Verte et son développement durable pour permettre aux générations futures de jouir de ses paysages, de sa biodiversité naturelle, de sa richesse patrimoniale et de son caractère champêtre et maritime.

Au moyen de diverses mesures volontaires de la part de certains propriétaires(2), le Regroupement souhaite mettre en place une forme de protection de l’île qui viendra soutenir et renforcer celles adoptées par la Municipalité, le Québec et le Canada. En outre, afin d’accroître la superficie des terres protégées, le Québec et le Canada accordent des avantages fiscaux importants aux propriétaires qui donnent des terrains ou qui accordent des servitudes dans le but de conserver ces terrains à perpétuité. Ces avantages peuvent avoir comme effet, par exemple, d’éliminer l’impôt sur le gain en capital à être versé par une succession.

Les diverses formes de protection disponibles, qu’elles soient volontaires ou gouvernementales, ne visent pas à empêcher le développement, mais plutôt à éviter un développement tous azimuts qui porterait atteinte à des lieux exceptionnels.

L’île Verte est un milieu exceptionnel et fragile, qui mérite un développement soutenable. Évitons les erreurs faites par d’autres communautés touristiques, lesquelles se sont développées de façon si intensive qu’elles ont sacrifié l’élément sur lequel reposait leur attrait fondamental, soit leur beauté naturelle!

1- Secrétaire-trésorière du Regroupement.
2- Voir Comment le Regroupement peut-il faire une différence en termes de développement durable? à la page  4 de L’Insulaire (18-1; hiver 2012).


Le projet Deschênes (soit les frais reliés au don de terrain) a été réalisé avec l’appui financier d’Environnement et Changement climatique Canada. The Deschênes project (specifically, costs relating to the gifted land) was undertaken with the financial support of Environment and Climate Change Canada.

Le projet dans son ensemble a aussi reçu l’appui financier de Conservation de la nature Canada, de la Fondation Écho et de nombreux particuliers.


Si vous souhaitez en savoir davantage au sujet des dons et servitudes de conservation, vous êtes invités à communiquer avec Gilbert Delage ou Aline Grenon. L’un ou l’autre sera heureux de vous rencontrer ou de vous faire parvenir des documents qui alimenteront votre réflexion.

Et si vous souhaitez devenir membres du Regroupement, vous êtes invités à remplir et à nous envoyer le formulaire d’adhésion qui se trouve sur le site Web du Regroupement : www.notreileverte.org

Un commentaire Laisser un commentaire

[…] 2016, Regroupement pour la pérennité de l'Île Verte L’article intitulé « Des nouvelles du Regroupement », dans le dernier numéro de L’Insulaire, a fait brièvement référence à l’existence […]

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *