Éditorial par le CA de la CPICIV

La CPICIV

Dans le petit monde riche et vivant de l’île Verte, nous sommes presque en situation de démocratie directe. L’information est connue de tous ceux qui s’informent, pour peu que la Municipalité soit gérée avec une éthique à la hauteur des responsabilités qui incombent à nos élus et administrateurs. C’est avec cette prémisse que le dernier éditorial de L’Insulaire rappelait l’importance du devoir de transparence et l’obligation pour le maire et le conseil municipal de travailler étroitement pour le mieux-être de la population.

Outre les règles de la démocratie, le respect du plan d’urbanisme est aussi au centre des intérêts de la CPICIV. Deux demandes de dérogations (celles de M. Côté et de M. Soucy) étaient sous étude et préoccupaient bon nombre de citoyens. Ces deux demandes avaient été recommandées par le CCU et soutenues par le maire en début de discussions. Le conseil municipal a décidé de ne pas accepter les recommandations du CCU et le maire s’est rallié.

Tout en espérant que la récente décision unanime du conseil municipal signale un changement de cap aiguillé sur l’écoute, la transparence, une saine communication et le consensus, la CPICIV demeurera attentive.

Rappelons, que la CPICIV se concentre sur le respect des règles de démocratie et sur une application raisonnée du règlement d’urbanisme, et qu’elle n’a jamais hésité à se prononcer lorsqu’il y avait entorse à l’un ou à l’autre.

Quelle force aurait notre communauté si la réalisation de nos projets était au centre de nos préoccupations? Nous pourrions alors réunir nos talents et nos compétences et collaborer à leur mise en œuvre.

*Gilbert Delage (président), Aline Grenon (vice-présidente), Bastien Vézina (secrétaire-trésorier), Hélène Deschênes, Daniel Dussault, Dominique Fraser et Annie Langlois (administrateurs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *