L’inutile tri de nos matières recyclables?

Bastien

En 1991, la CPICIV créait un centre de récupération de matières recyclables à l’île. Elle faisait alors figure de pionnier en permettant à notre municipalité d’être la deuxième du Bas-Saint-Laurent à faire du recyclage.

Il nous fallait alors trier les matières afin de pouvoir écouler nos produits vers différents marchés. C’était une nécessité incontournable. C’est pourquoi le centre de tri fut équipé d’une presse afin de compresser ces matières et les mettre en ballots pour les acheminer plus facilement d’autant plus que l’espace disponible sur le traversier La Richardière limitait le nombre de transports. Le centre de tri fut aussi équipé d’un appareil pour briser le verre afin encore d’en diminuer le volume.

Depuis les choses ont grandement évolué. En 1998, le gouvernement du Québec a confié aux MRC le mandat d’élaborer un plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour chacun de leurs territoires afin de diminuer la quantité de déchets acheminés dans les sites d’enfouissement. Le premier PGMR de la MRC de Rivière-du-Loup fut élaboré en 2002. Depuis 2014, les municipalités de la MRC acheminent leurs matières recyclables au centre de tri de Société VIA (Rivière-du-Loup).

Dans toutes les municipalités de la MRC de Rivière-du-Loup, exception faite de la municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, les matières domestiques recyclables sont ramassées en vrac par des camions bennes et livrées au centre de tri VIA à Rivière-du- Loup pour y être triées.

Photo

Notre municipalité y achemine les ballots de matières recyclables qui sortent de notre centre de tri. Mais comme l’industrie du recyclage est devenue une industrie pointue en ce qui concerne l’uniformité et la qualité exigées par les acheteurs, tel que me l’a confirmé M. Jimmy Bouchard, directeur du centre de tri VIA de Rivière-du- Loup, ils doivent défaire les ballots que nous avons soigneusement préparés, afin de les passer sur la chaîne de tri.

Combien nous coûte l’exploitation de notre centre de tri? Pourquoi dépenser tant d’énergie pour trier nos matières recyclables si à l’autre bout on défait tout pour retrier? Ne pourrions-nous pas :

• avoir à l’île un conteneur muni d’un compacteur qu’un employé municipal pourrait activer quelques fois par jour et dans lequel nous pourrions tout simplement aller déposer en vrac toutes nos matières recyclables; et

• placer un bac juste à côté de ce conteneur pour y déposer les contenants consignés que plusieurs acheminent au centre de tri, afin d’en maximiser la récupération?

La mise en service du traversier NM Peter Fraser permet cette modification car il y est maintenant beaucoup moins contraignant d’y faire monter un gros camion chargé. Le temps est donc venu de modifier nos pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *